Pub
Pub
Pub
Pub
S'abonner à la newsletter
Pub
Pub
Pub
Pub

samedi 25 mai

Attaque mortelle d’un fourgon pénitentiaire : les agents de la maison d’arrêt d’Epinal manifestent leur solidarité

0 commentaire

0

Écouter cet article

Un fourgon de l’administration pénitentiaire a été attaqué à la voiture bélier ce mardi matin à hauteur du péage d’Incarville dans l’Eure. Deux agents ont été tués et deux autres sont entre la vie et la mort. A Epinal, les agents de la maison d’arrêt sont mobilisés ce mercredi pour une opération « prison morte ».

À l’appel des syndicats, des agents sont rassemblés devant la maison d’arrêt d’Epinal ce mercredi pour une opération « Prison morte » expliquent Jérôme Gautier, CGT pénitentiaire et Koider Ghomerani, FO Justic. 

Deux agents de la pénitentiaire ont été tués au péage d’Incarville (Eure) lors de l’attaque de leur fourgon qui transportait un détenu entre Rouen et Évreux.

Deux agents pénitentiaires sont morts lors de l’attaque et trois autres ont été gravement blessés. Les assaillants et le détenu sont en fuite.

Toute la profession est endeuillée. Les agents dénoncent le manque de moyens. « Par manque de personnel, on baisse les escortes à deux agents par détenu alors qu’ils devraient être trois » témoignent les syndicats. A Epinal, il y a 9 agents pour assurer les extractions de détenus, D’ici quelques mois ils devraient passer à 11 agents. 

La prison d’Epinal est actuellement pleine avec 297 détenus pour 298 places.

Le plan Epervier a été déclenché par le gouvernement. Près de 200 gendarmes sont engagés pour retrouver le détenu évadé et ses complices. Un hélicoptère et le GIGN sont également mobilisés.

Attaque mortelle d’un fourgon pénitentiaire

Epinal

maison d'arrêt

prison

vosges

Un fourgon de l’administration pénitentiaire a été attaqué à la voiture bélier ce mardi matin à hauteur du péage d’Incarville dans l’Eure. Deux agents ont été tués et deux autres sont entre la vie et la mort. A Epinal, les agents de la maison d’arrêt sont mobilisés ce mercredi pour une opération « prison morte ».

À l’appel des syndicats, des agents sont rassemblés devant la maison d’arrêt d’Epinal ce mercredi pour une opération « Prison morte » expliquent Jérôme Gautier, CGT pénitentiaire et Koider Ghomerani, FO Justic. 

Deux agents de la pénitentiaire ont été tués au péage d’Incarville (Eure) lors de l’attaque de leur fourgon qui transportait un détenu entre Rouen et Évreux.

Deux agents pénitentiaires sont morts lors de l’attaque et trois autres ont été gravement blessés. Les assaillants et le détenu sont en fuite.

Toute la profession est endeuillée. Les agents dénoncent le manque de moyens. « Par manque de personnel, on baisse les escortes à deux agents par détenu alors qu’ils devraient être trois » témoignent les syndicats. A Epinal, il y a 9 agents pour assurer les extractions de détenus, D’ici quelques mois ils devraient passer à 11 agents. 

La prison d’Epinal est actuellement pleine avec 297 détenus pour 298 places.

Le plan Epervier a été déclenché par le gouvernement. Près de 200 gendarmes sont engagés pour retrouver le détenu évadé et ses complices. Un hélicoptère et le GIGN sont également mobilisés.

0 commentaire

Laisser un commentaire