Pub
Pub
Pub
Pub
Pub
S'abonner à la newsletter
Pub
Pub
Pub
Pub
Pub

vendredi 19 juillet

Le nouveau défi de Jérémy Santamaria

0 commentaire

0

Écouter cet article

Jérémy Santamaria en pleine séance de coaching. (Photographies Jérémy Santamaria)

Fin 2022, Jérémy Santamaria avait décroché le titre de vice-champion du monde de culturisme, dans la catégorie professionnelle « Classic Physique ». Soit du culturisme naturel, sans produits dopants. En cette année 2024, le Déodatien s’est lancé un nouveau défi quelque peu différent : reprendre la gestion de la salle Biorythme de Saint-Dié-des-Vosges.

« Cela fait 7 ans que je travaille chez Biorythme, en tant que coach indépendant.  Thierry et Sandrine, les gérants de Biorythme, ont envie de revendre la salle car Thierry veut changer de secteur d’activité. Ils ont fait prospérer la salle depuis 1993, malgré la concurrence qui s’est installée au fur et à mesure. Aujourd’hui, ils me laissent l’exclusivité de cette opportunité là, car je suis prioritaire pour reprendre la salle. L’un des mes objectifs à long terme a toujours été d’avoir ma propre salle de sport. Je ne pensais pas me lancer dans ce projet si rapidement, mais j’ai bien réfléchis et aujourd’hui je suis prêt à me lancer. Il m’a fallu du temps pour mûrir cette idée et être vraiment sûr de ce choix, car il s’agit d’un véritable engagement de vie » explique Jérémy Santamaria, qui tient à remercier « «énormément Thierry et Sandrine pour m’avoir donné la chance de contribuer à l’aventure Biorythme. »

Pour augmenter son apport personnel, jugé « pas assez conséquent », auprès des banques, Jérémy Santamaria a décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne sur la plateforme Leetchi (cliquer ici pour y accéder). « J’ai mis en place des récompenses en fonction des montants pour remercier les donateurs de leur aide. Ces récompenses seront actives à la reprise du club. »

S’il devient gérant de Biorythme, d’ici la fin de cette année 2024 si les banques acceptent son dossier, Jérémy Santamaria voudrait notamment proposer du cross training, « une activité qui émerge énormément en ce moment », tout en continuant de conseiller les clients de la salle « sur les exercices physiques mais aussi sur la nutrition. » Et si ce projet de reprise met entre parenthèses la carrière de culturiste de Jérémy Santamaria, le Déodatien compte bien concourir à un niveau international dès l’année prochaine.

J.J.

Jérémy Santamaria

Salle de sport Biorythme

Jérémy Santamaria en pleine séance de coaching. (Photographies Jérémy Santamaria)

Fin 2022, Jérémy Santamaria avait décroché le titre de vice-champion du monde de culturisme, dans la catégorie professionnelle « Classic Physique ». Soit du culturisme naturel, sans produits dopants. En cette année 2024, le Déodatien s’est lancé un nouveau défi quelque peu différent : reprendre la gestion de la salle Biorythme de Saint-Dié-des-Vosges.

« Cela fait 7 ans que je travaille chez Biorythme, en tant que coach indépendant.  Thierry et Sandrine, les gérants de Biorythme, ont envie de revendre la salle car Thierry veut changer de secteur d’activité. Ils ont fait prospérer la salle depuis 1993, malgré la concurrence qui s’est installée au fur et à mesure. Aujourd’hui, ils me laissent l’exclusivité de cette opportunité là, car je suis prioritaire pour reprendre la salle. L’un des mes objectifs à long terme a toujours été d’avoir ma propre salle de sport. Je ne pensais pas me lancer dans ce projet si rapidement, mais j’ai bien réfléchis et aujourd’hui je suis prêt à me lancer. Il m’a fallu du temps pour mûrir cette idée et être vraiment sûr de ce choix, car il s’agit d’un véritable engagement de vie » explique Jérémy Santamaria, qui tient à remercier « «énormément Thierry et Sandrine pour m’avoir donné la chance de contribuer à l’aventure Biorythme. »

Pour augmenter son apport personnel, jugé « pas assez conséquent », auprès des banques, Jérémy Santamaria a décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne sur la plateforme Leetchi (cliquer ici pour y accéder). « J’ai mis en place des récompenses en fonction des montants pour remercier les donateurs de leur aide. Ces récompenses seront actives à la reprise du club. »

S’il devient gérant de Biorythme, d’ici la fin de cette année 2024 si les banques acceptent son dossier, Jérémy Santamaria voudrait notamment proposer du cross training, « une activité qui émerge énormément en ce moment », tout en continuant de conseiller les clients de la salle « sur les exercices physiques mais aussi sur la nutrition. » Et si ce projet de reprise met entre parenthèses la carrière de culturiste de Jérémy Santamaria, le Déodatien compte bien concourir à un niveau international dès l’année prochaine.

J.J.

0 commentaire

Laisser un commentaire